Manège équestre : 5 conseils pour une construction réussie

Contrairement à la carrière d’équitation, le manège équestre offre une structure de travail pour les chevaux entièrement ou partiellement close, disponible à tout moment de l’année. Pour réussir la réalisation d’un sol de travail couvert, il y a de nombreux paramètres à prendre en compte comme les dimensions du manège, la constitution du sol avant et après réalisation mais également son entretien. Voici 5 conseils pour vous aider à réussir la construction et le sol de votre manège équestre

Conseil n° 1 : Définir les dimensions adaptées pour un manège équestre 

Les dimensions d’un manège pour chevaux 

La taille traditionnelle d’un manège d’équitation est de 60 m x 20 m. Ce sont les dimensions d’un manège équestre olympique. Cela représente une assez grande surface et, en fonction de la place dont vous disposez pour la construction de votre manège, la taille peut être réduite. Le type d’exercice effectué avec les chevaux est également un critère à prendre en compte. Par exemple : 

  • 20 x 60 : surface de manège idéale pour un travail polyvalent : CSO, dressage, travail à pied, etc. Pour plus de confort à l’obstacle il est possible d’augmenter la largeur du manège ;
  • 20 x 40 : surface réduite adaptée pour l’instruction et la mise en confiance des cavaliers débutants ; 
  • 18 x 36 : surface recommandée pour le débourrage d’un jeune cheval ou pour la présentation d’un cheval en liberté à l’obstacle. 

La hauteur d’un manège classique est comprise entre 4 m (hauteur minimum) et 5 m. Cependant, si des activités comme la voltige ou le horseball sont pratiquées, il faut envisager une hauteur suffisante. 

Les dimensions d’un manège pour poneys

La dimension d’un manège d’équitation pour poneys est plus réduite. En effet, ce sont généralement des enfants qui montent les poneys : un plus petit manège est donc adapté à la fois à la taille des poneys et à celle de ceux qui les montent ! Un manège mesurant 15 x 30 ou 15 x 20 est amplement suffisant. Cette taille de manège permet en outre aux instructeurs de garder le contrôle des poneys. 

Dans le cas d’un manège équestre pour poneys, une hauteur de 3,50 m est préconisée. 

Conseil n° 2 : Bien choisir le sol de votre manège équestre 

Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour la conception optimale d’un sol de manège équestre. 

Les fondations du sol équestre 

La qualité des fondations du sol équestre est déterminante pour obtenir les meilleures conditions de travail avec les chevaux. 

Avant de réaliser les fondations, une étude du terrain est indispensable afin d’en déterminer la nature et surtout les capacités de drainage de l’eau. Dans certains cas, le sol peut être simplement compacté avant d’accueillir la surface de travail proprement dite. Enfin, lorsque le sol à l’état naturel, avec ou sans traitement, ne peut recevoir seul la couche de travail, il est alors nécessaire de réaliser une fondation. 

La couche de travail du manège : dalles de stabilisation et sable équestre 

Le sol d’un manège ne doit être ni trop profond, ni trop ferme. Nous recherchons donc un sol polyvalent la plupart du temps afin que les chevaux puissent y évoluer sous la selle, en liberté ou à la longe. Les dalles de stabilisation et la qualité du sable équestre sont des éléments essentiels à prendre en compte pour un sol de manège équestre de qualité. 

Les dalles de stabilisation

Les dalles de stabilisation ECORASTER garantissent une portance, une souplesse et un drainage optimums et assurent ainsi la durabilité des sols équestres. Elles présentent de nombreux avantages tant pour les chevaux que pour les cavaliers ou pour l’entretien du sol équestre : 

  • Portance améliorée, sol plus souple (donnée importante pour les articulations des chevaux) avec moins de compactage ;
  • Drainage efficace : bonne gestion de l’arrosage sur sol couvert et de l’excédent d’eau ;
  • Pose facile sur des fondations simples ; 
  • Stabilité durable et efficace des sols : pas d’affaissement ni de remontée des fondations ou de déformation des sols.

Le sol équestre en sable 

La couche de travail d’un manège équestre est constituée de sable dans la grande majorité des cas. Il existe différentes catégories de sable plus ou moins fin. Le choix du sable est déterminé par l’usage principal du manège : on ne choisira pas la même couche de travail pour un manège dédié principalement à la pratique du saut d’obstacles ou pour une utilisation intensive et quotidienne. 

Il existe également des couches de travail en caoutchouc, souvent utilisées dans les manèges des poney-clubs car très amortissantes en cas de chute.  

Quel que soit le revêtement choisi, la texture de la couche de travail doit être entretenue avec beaucoup de soin pour conserver sa qualité et préserver au mieux la santé des chevaux. 

Conseil n° 3 : Assurer la sécurité du sol de travail couvert

S’il n’y a pas de réglementation concernant la constitution du sol équestre, il existe en revanche certaines normes de sécurité à respecter lors de la construction d’un manège pour chevaux : 

●      Le pare-botte sert à éloigner le cheval du mur afin que la jambe du cavalier ne s’y trouve pas coincée. C’est un élément de sécurité indispensable. Il est à installer autour du manège et mesure environ 1,50 m de hauteur. 

●      Les portes : la réglementation impose la présence obligatoire de deux portes, l’une pour l’accès à l’entretien, l’autre pour l’entrée et la sortie des chevaux montés. 

●      L’éclairage : il doit être suffisant et homogène sans pour autant éblouir.  

Conseil n° 4 : Soigner l’entretien de votre manège d’équitation 

Le sol d’un manège d’équitation nécessite un entretien rigoureux pour maintenir ses qualités de souplesse, d’élasticité et d’humidité : le bien-être physique et la prévention des accidents des chevaux en dépendent. Voici les principales actions d’entretien à mener : 

  • Un arrosage régulier (pour les sols en sable) et couvrant l’ensemble de la surface de travail du manège pour ne laisser aucun endroit sec tout en préservant les pare-bottes d’une humidité permanente ;
  • Un nettoyage efficace par le ramassage des crottins et des feuilles afin d’éviter la dégradation du sol par la matière organique ;
  • Un entretien mécanique pour équilibrer régulièrement la planéité du sol et pour le compacter ou le décompacter en fonction des besoins. 

Conseil n° 5 : Estimer le prix du manège équestre et prévoir le budget

Le prix d’un manège équestre dépend de ses spécificités techniques et de sa surface. Pour estimer le coût de votre manège équestre, il vous faudra prendre en considération les éléments suivants : 

  • La nécessité éventuelle de la construction de fondations ;
  • La structure des bâtiments ; 
  • Le système d’éclairage et d’arrosage ;
  • Le choix de la couche de travail. 

Les fourchettes de prix étant extrêmement variables, il est préférable de faire établir un devis par un professionnel avant de concrétiser votre projet de manège équestre.