Sols équestres : êtes-vous sûr(e) que votre carrière est bien drainée ?

sols équestres : comment votre carrière réagit-elle à l'eau ?
Photo :Christine Benton (Unsplash)

Pour une bonne pratique de l’équitation, vos sols équestres doivent conserver leurs caractéristiques et leurs performances avec le temps. Paddock, rond de longe, manège ou carrière, vos sols indoor (intérieurs) ou outdoor (extérieurs) doivent tous répondre à des critères différents.

On parle ici d’une carrière qui résiste au poinçonnage des chevaux lors de l’entraînement, du dressage ou des concours, et qui ait une bonne réaction à l’eau : juste assez humide pour la tenue et la souplesse, mais pas trop gorgée d’eau pour éviter un sable trop fuyant -liquide.

Si la gestion de l’eau de vos sols équestres vous a déjà posé quelques problèmes pour votre carrière équestre, ce qui suit va vous intéresser…

 

 

 

Un bol sol de carrière, qu’est-ce que c’est ?

Pour vous, c’est déjà un sol rentable. Un sol qui soit donc durable et ne nécessite pas des travaux de réfection trop fréquents. C’est aussi, et surtout, un sol qui doit rester praticable toute l’année pour répondre à toutes les activités de votre centre équestre. Enfin, il ne doit présenter aucun risque pour la santé des chevaux (risques abrasifs pour les sabots, risques de glissades et risques pour les voies respiratoires…) comme pour les cavaliers et cavalières.

Si ce seul paragraphe vous fait douter, vérifiez ici que votre sol de carrière est bon pour votre cheval. La science des sols équestres n’est pas si simple.

 

Pour les utilisateurs

Pour les usagers de vos écuries, l’aspect visuel est très important. Débutants ou confirmés, lorsqu’ils viennent monter à cheval, ils s’attendent à trouver un espace d’entraînement sain, propre et accueillant.

Par ailleurs, la sécurité et le confort comptent aussi beaucoup : un cavalier doit pouvoir galoper, sauter ou s’entraîner à la voltige sans risquer de glisser, de tomber, ou se salir.

De même que leurs moniteurs ou entraîneurs n’auront pas envie de passer des heures à leurs côtés avec les bottes sur un sol excessivement humide.  

Les carrières idéales ont donc un sol qui ne se surcharge pas en eau et qui garde sa portance, sa forme, sa propriété principale en toutes circonstances.

Un bon sol de carrière, c’est aussi un sol adapté à votre activité équestre. CSO, cross, polo, trot, stages d’équitation ou entraînement quotidien : la granulométrie du sable et donc sa réaction à l’eau( quand la carrière est faite avec du sable) varie aussi selon l’usage. 

 

Des flaques se forment souvent le long de votre carrière ?

Cela peut arriver lorsque vous avez choisi une carrière fermée, avec un sol à forte imperméabilité. Un sol où l’eau est renvoyée vers les bordures pour être évacuée.

Cela peut aussi être renforcé par des sables très fins (en µm) comme pour le saut d’obstacles (le sol se “ferme mieux” et permet une meilleure impulsion dans le saut).

Dans ces cas-là, c’est en général la pente du sol qui redirige les eaux de pluie vers un exutoire sur l’extérieur de la carrière.

Mais, pour peu que des irrégularités se soient formées sur les bordures, ou que la piste se soit enfoncée un peu plus profondément, ces eaux de ruissellement restent stockées là et ne s’écoulent pas bien. Vous risquez donc d’avoir une piste inondée en hiver, qui vous réclamera plus d’entretien. 

 

Des flaques se forment au milieu de la carrière ?

Cela peut arriver lorsque vous avez choisi une carrière fermée, avec un sol à forte imperméabilité[FP1] . Un sol où l’eau est renvoyée vers les bordures pour être évacuée.

Cela peut aussi être renforcé par des sables très fins (en µm) comme pour le saut d’obstacles (le sol se “ferme mieux” et permet une meilleure impulsion dans le saut).

Dans ces cas-là, c’est en général la pente du sol qui redirige les eaux de pluie vers un exutoire sur l’extérieur de la carrière.

Mais, pour peu que des irrégularités se soient formées sur les bordures, ou que la piste se soit enfoncée un peu plus profondément, ces eaux de ruissellement restent stockées là et ne s’écoulent pas bien. Vous risquez donc d’avoir une piste inondée en hiver (avec un fort besoin en arrosage en périodes sèches) qui vous réclamera plus d’entretien pour réajuster le niveau et redessiner la carrière. 

 

La solution drainante lourde

L’idéal, lorsque votre sol n’est pas assez drainant, c’est de creuser un peu et repenser les fondations.

En nivelant votre carrière avec une sous-couche de réglage de plusieurs centimètres (4 à 8cm de gravier et autres matériaux drainants), sur laquelle vous installerez des dalles en alvéoles (cf dalles Ecoraster ECOVEGETAL) elles-mêmes remplies d’une couche de remplissage drainante.

De cette manière, vous assurez la bonne portance de votre carrière, une frappe de bonne qualité selon le matériau de votre couche de travail, et une bien meilleure gestion de l’eau sur vos sols.

 

Un drainage extérieur

L’autre solution est de repenser votre réseau de tranchées drainantes le long (et en bas) de votre carrière (au niveau des clôtures).

Là aussi, prévoyez un système de sols équestres stabilisés pour soutenir vos drains, car le sol y sera nécessairement meuble et fragilisé par l’écoulement de l’eau. 

 

Le risque opposé : votre sol est-il parfois trop sec ?

Avec un sable très fin ou riche en argile, le passage des équidés forme souvent de la poussière (attention les bronches !).

C’est ce même type de sol, qui forme facilement des flaques en hiver, qui vous réclame en été un arrosage constant pour rester bien compact et gagner à la fois en élasticité.  

Ce sol vous oblige à de lourdes dépenses en eau, aussi vous pouvez opter pour une solution alternative : ajouter de la fibre, pour créer du liant et maintenir les sols souples.

Cela offre également plus de sécurité à vos chevaux et poneys.

Pour découvrir des solutions de carrières adaptées à votre écurie, demandez la documentation adaptée à votre situation…