Quelles dalles de stabilisation vous faut-il ?

Un cheval passe une grande partie de sa vie debout. Hormis les quelques heures couchées qu’il peut avoir tendance à s’accorder, ses pieds sont constamment en contact avec des sols changeants. Et ce contact n’est pas anodin car le mouvement du pied a un fort impact sur le cœur de l’équidé, ses articulations et bien d’autres aspects de sa santé. C’est pourquoi la question des dalles de stabilisation peut se poser très vite dans votre écurie…

Dans vos allées et jusqu’aux parkings, des chemins d’accès aux sols de votre carrière, manège et paddock, chaque type de sol se comporte différemment. Et chacun impacte différemment les sabots, pieds, membres et articulations de vos chevaux.

Une allée en enrobé ou en béton qui devient glissante sous la pluie et se fendille avec le temps, le gazon du paddock qui se change en boue impraticable tous les hivers, les chemins qui s’enfoncent, le sable de la carrière qui devient profond, s’envole ou qui forme carrément des flaques et des crevasses… Beaucoup de vos problèmes de sols sont liés à l’eau de pluie. Celle-ci les rend impraticables pour vous, et leurs défaillances impactent le bien-être de vos chevaux.

Souplesse, portance et drainage, vous avez besoin de sols qui se tiennent et sur la durée. C’est non seulement essentiel pour vos pensionnaires, mais aussi pour votre portefeuille.

Pour chaque espace de travail, il y a un comportement idéal du sol. Vérifiez ici que votre sol est sur la bonne piste… Ou s’il vous faut en urgence aménager un système de dalles stabilisatrices.

Comment se comporte votre sol ?

En matière d’hébergement des chevaux, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Vous pouvez bénéficier d’un terrain naturel de bonne qualité et qui se tient bien en toutes saisons, et où, avec quelques rares pensionnaires, le piétinement est quasiment nul. Vous avez alors plutôt tendance à penser que vos sols sont parfaits tels quels. Ou alors le terrain est naturellement argileux et gras et les périodes d’hiver sont toujours difficiles à vivre.

Mais il faut tout de même ajouter les facteurs météo, densité des eaux de pluie, nombre de chevaux, intensité d’utilisation des sols… Ces variables qui influent très vite sur la tenue de vos sols d’écuries.

Avez-vous des sols perméables et à quel degré ? Vos allées sont-elles sujettes au ruissellement ? Votre couche de sable a-t-elle tendance à se creuser dans la carrière ? Il suffit parfois d’un seul événement climatique désagréable pour pointer une évidence : vous avez peut-être besoin en urgence d’un sol stabilisé.

Espace de travail ou zone de repos : voici comment votre sol ne doit PAS se comporter.  

Voici les risques principaux qui menacent les sols dans une écurie. Êtes-vous dans l’une de ces situations ?

Le cas des carrières : carrière de compétition, carrière de dressage, carrière d’entraînement

Idéalement, à chaque discipline correspond son sol.

Pour une carrière de compétition CSO, par exemple, vous allez privilégier un sable qui se « ferme » bien et avec suffisamment de frappe pour favoriser un bon saut.

Pour une carrière pluridisciplinaire, on préférera un sol souple qui s’adapte à une grande variété d’exercices.

Le risque pour votre sol de carrière ? Qu’il ne se comporte plus comme il devrait pour favoriser le travail de vos chevaux. Vous avez un problème si :

  • Des flaques d’eau se créent sur le sol de la carrière lorsqu’il pleut
  • Votre sol devient poussiéreux en été par manque d’eau
  • Il a perdu en souplesse
  • Il est moins compact et se défait
  • Cailloux de la fondation et/ou géotextile qui remontent

Rond de longe, rond d’havrincourt

Dans un rond de longe ou d’havrincourt, le cheval travaille essentiellement sur une courbe serrée.

Il va rejeter le sable sur les bordures, ce qui gêne l’évacuation des eaux pluviales. Il est donc essentiel ici que votre couche de fondation soit drainante.

Le risque : que l’eau s’évacue mal (impossible d’évacuer par la pente). En hiver, votre rond de longe est souvent impraticable car couvert d’eau par endroits. Pire : il a même tendance à geler.

Le manège : l’aire de travail couverte

Votre manège est protégé des intempéries, c’est donc un problème d’évacuation des eaux de pluie en moins… Ce qui ne veut pas dire qu’on ne parle pas d’eau. Idéalement, votre sol doit être à la fois souple (multidisciplinaire) et irrigué pour ne pas faire de poussière.

Le risque : qu’un sable trop fin sur la piste devienne poussiéreux, ou encore que le sol devienne trop dur. Le sol du manège est très sollicité et il peut avoir tendance à devenir profond et la sous-couche dure remonte. C’est autant un problème de couche de travail (sable concassé ou sable roulé fin) que de fondation stabilisatrice.

Les paddocks et pâtures : des zones à fort piétinement

Ces terrains naturels doivent offrir un espace sain de liberté à vos chevaux. On ne pense généralement pas à les stabiliser… Pourtant ce sont les zones qui souffrent le plus vite d’une mauvaise stabilisation : entrées de pâtures, pourtours d’abreuvoirs et de râteliers, etc.

Le risque : aux premières pluies, la terre végétale devient boueuse. Vous avez beau sortir la pelle et tenter un paillage tous les hivers, vos chevaux se refusent à y enfoncer le sabot (et c’est bien normal).

Chemins d’accès, sentiers et allées de circulation

Circuler dans vos écuries devrait être facile et pratique pour vous, vos cavaliers, vos chevaux, vos employés et leurs machines. Idéalement, chaque allée est plane et praticable, toute l’année.

Le risque : avec des chemins en terre, comme pour les paddocks, le sol devient boueux, des ornières se créent et vous vous enfoncez. Si vous avez préféré l’enrobé imperméable pour une allée carrossable, celle-ci devient glissante par temps de pluie et a tendance à se fendre sous le poids des eaux.

Quels sont les risques pour vos chevaux ?

Un sol de travail, de circulation ou de repos mal stabilisé représente une menace plus lourde qu’on ne le pense pour vos pensionnaires. Il peut affecter :

  • Les articulations : un rond de longe non praticable va forcer le cheval à effectuer des cercles plus petits. Les virages serrés sont mauvais pour ses articulations. Tout comme une surface de travail devenue trop dure et qui produit des chocs répétés à chaque martèlement (galop, saut).
  • La santé du pied : patauger dans une grande épaisseur de boue va favoriser la prolifération de bactéries sous le sabot et le risque d’infections. Sans compter les cailloux qui peuvent s’y cacher et blesser la sole.
  • Les bronches : en temps de sécheresse, un mauvais sable et peu irrigué devient poussiéreux et s’infiltre dans les bronches, extrêmement sensibles chez les chevaux.
  • Les muscles qui, autant que les articulations, risquent une torsion sur un sol rendu glissant.
  • La performance : un sol qui se défait ne permet pas un confort de travail optimal.

Si vous avez déjà repéré l’un de ces phénomènes au sein de votre écurie, il est temps de passer aux dalles de stabilisation chevaux !  

Quelles dalles de stabilisation vous faut-il ?

Les dalles alvéolaires ont un effet drainant essentiel pour vos sols équestres. Elles s’accordent à votre choix de sable (perméable, poreux, sa granulométrie) et vous assurent qu’il ait le comportement idéal sur la durée.

La haute résistance du plastique recyclé et leur structure alvéolée permettent de stabiliser tous vos sols, avec une pose simple et rapide.  

Pour vos allées carrossables (allée de garage, allée en gravier…) :

Vous pouvez envisager une dalle ECORASTER BLOXX avec un remplissage de pavés béton. La différence du pavé avec des dalles de béton classiques : ECOVEGETAL PAVE infiltre 100% des eaux pluviales résiste aux UV, au gel et aux solvants. ECOVEGETAL PAVE est également plus facile et plus rapide à poser que des dalles béton classiques.

Si vous préférez un remplissage de graviers, vous pouvez aussi choisir l’indestructible dalle TE50, avec une portance unique. Elle résiste à toutes les sollicitations et aux passages répétés.

Ce système de dalle de stabilisation à remplissage en pavés béton ou en graviers est idéal pour vos passages de brouettes, de voitures et d’engins.

Pour un manège :

Un système de dalles de stabilisation alvéolaires de type ECORASTER TR40 possède des réservoirs qui libèrent progressivement de l’eau dans la couche de travail. Vous évitez ainsi que le sol ne sèche trop et forme de la poussière.

Pour vos pâturages et paddocks

Il vous faut une dalle alvéolée solide, avec une portance optimale et qui ne bouge pas dans le temps. La TP40 convoque ces caractéristiques et vous garantit des hivers sans boue. Les surfaces sont faciles à nettoyer, la pose rapide, avec un remplissage en sable ou gravillons.

Pour vos carrières

Vous pouvez compter sur une dalle stabilisatrice polyvalente comme la TE40 pour se conformer à tous vos choix de sports équestres. Forte portance, parois robustes, hauteur de 4 cm, elle ne glisse pas et s’adapte à tous vos espaces de travail ou de circulation.

Pour une carrière de compétition, en revanche, vous pouvez privilégier une stabilisation souple. Les dalles de stabilisation alvéolées en plastique TS50 offrent au couple cheval-cavalier un confort de suspension unique et une sécurité accrue. Plus de risques de dérapage, excellente réception à l’obstacle.

Pour les chemins et allées

La dalle alvéolaire TE40 s’adapte à tous vos passages et élimine le risque de boue. Pour les chemins piétons, vous pouvez choisir une solution économique qui garantit la durabilité de la surface avec une pose de dalles TE30.

N’hésitez pas à demander conseil pour une étude de vos sols et une solution de dalles de stabilisation adaptée.