Intégration des chevaux en écurie active

L’écurie active propose aux chevaux des espaces de circulation, d’alimentation, de repos au grès de leurs envies le tout avec une vie en troupeau. Pour un cheval qui vit en box ou individuellement au paddock par exemple, l’intégration en écurie active n’est pas innée. Les deux grands bouleversements sont le passage d’une vie plus ou moins individuelle à une vie en troupeau et la découverte des automates.

Les deux grandes phases à prendre en compte pour intégrer les chevaux dans une nouvelle écurie active sont donc l’intégration du troupeau et l’adaptation aux installations.

L’intégration du troupeau

Pour intégrer le troupeau de base à l’écurie active que vous venez de créer, vous avez deux options.

  • La première consiste à intégrer les chevaux un à un jusqu’à former le troupeau complet.
  • La seconde est d’intégrer tous les chevaux en même temps.

Cette deuxième méthode sera plus rapide. En effet, plus le troupeau est gros plus l’intégration est facile car il y a plus de places dans la hiérarchie.

Certains chevaux auront plus de facilités à s’intégrer dans le troupeau que d’autres, il faut prendre le temps, il faut observer pour laisser l’intégration se faire naturellement.

L’adaptation aux automates & l’utilisation des installations

  • Dans un premier temps on fait découvrir l’écurie dans son ensemble aux chevaux sans leur donner accès aux automates. On ouvre toutes les zones en accès libre, on met du foin partout pour qu’ils circulent, découvrent et s’acclimatent au terrain. Il faut prévoir assez de foin pour éviter les conflits.
  • La deuxième étape c’est de désensibiliser les chevaux aux portes à sens unique : les portes mécaniques que les chevaux poussent avec leur poitrail. Selon les chevaux et leur sensibilité, ils auront besoin d’une désensibilisation au niveau du poitrail, des flancs et du ventre. On peut les aider en passant en main avec eux dans les portes en les tenant avec un licol ou non.

  • Pour les automates, l’étape primordiale est qu’ils assimilent le sens de circulation dans l’automate d’alimentation. Avant de mettre en route les automates, on apprend au cheval à rentrer dedans par l’entrée et sortir par la sortie (toujours dans le même sens). C’est vraiment la première étape, cheval en main, je rentre avec lui et je ressors. Plusieurs fois si nécessaire pour qu’il ne prenne pas de mauvaise habitude (prendre l’automate en sens inverse, attendre le copain en sortie, etc.).
  • Une fois que la circulation dans l’automate est assimilée, on enclenche l’automate en mode manuel avec une télécommande wifi. Ici aussi l’apprentissage est progressif. On rentre avec son cheval dans l’automate et avec la télécommande on referme les portes d’entrée pour qu’il assimile que ça se referme derrière lui, puis on ressort. Une fois que cette étape est également assimilée, on peut déclencher l’alimentation : je rentre dans l’automate avec mon cheval, je ferme les portes et je fais venir l’auge avec le grain (ou j’ouvre le foin si DAF). Pour que le cheval comprenne qu’il y un point d’intérêt au cœur même de l’automate. Il faut être patient pour le cheval découvre les automates point par point. On passera plus de temps sur certains points en fonction des chevaux.

C’est important d’accompagner les chevaux un par un pour être présent en cas de problème, de panique, pour les rassurer et leur indiquer les bonnes habitudes à prendre. Il est conseillé de commencer avec les chevaux les plus calmes. Les chevaux plus craintifs verront ainsi qu’il n’y a pas de danger si les copains y arrivent. tous les chevaux du troupeaux doivent avoir parfaitement assimilé l’utilisation des automates avant de passer l’écurie active en mode automatique.

Le temps d’intégration est très aléatoire, cela peut prendre 2 à 3 jours pour certains chevaux et jusqu’à 6 mois pour d’autres. Cela dépend notamment de leurs expériences passées, de leur comportement, de leur capacité à apprendre, etc. La patience est la clé !

CAS DE L’ECURIE DE COMMERCE : créer une écurie active de chevaux de commerce sera plus compliquée voire déconseillée. En effet, il faut de la stabilité dans le troupeau pour avoir une écurie active qui fonctionne dans le calme et de façon sereine. S’il y a trop de changements, la stabilité sera perturbée, et le risque de conflits sera plus fort.

Intégration d’un nouveau cheval au sein d’un troupeau existant

Une clé de l’écurie active est la stabilité du troupeau. Cependant, au sein de toute écurie ou centre équestre il y a des départs et des arrivées. Voici quelques astuces pour intégrer un nouveau pensionnaire dans votre écurie active.

Lors de la création de l’écurie active, on prévoie un box d’intégration. L’objectif est de créer un espace dédié aux nouveaux arrivants. Il est composé d’un petit box/abri et d’un paddock stabilisé au sein de l’écurie. Il peut être fixe ou amovible. L’astuce est de créer un point de contact entre le nouveau cheval dans le box d’intégration et le troupeau dans l’écurie. Par exemple, on met un abreuvoir individuel à la limite de la clôture entre les deux zones.

Box d’intégration au cœur de l’écurie active avec abreuvoir en point d’intérêt

Le temps passé dans le box d’intégration est assez aléatoire. Généralement lorsque le troupeau ne s’intéresse plus au cheval qui est dans le box d’intégration, c’est qu’il a trouvé sa place dans la hiérarchie.

Il est préférable de ne pas intégrer de nouveaux chevaux lorsque l’ensemble du troupeau n’est pas présent, lorsque certains chevaux partent quelques jours en concours par exemple. On attendra qu’ils soient revenus, qu’ils aient repris leur place dans le troupeau pour ensuite intégrer de nouveaux individus.

La hiérarchie d’un troupeau peut changer. Ce n’est pas quelque chose de fixe. Les affinités peuvent changer. Il faut laisser du temps aux chevaux.