Carrière équestre : les 5 points sensibles pour sa conception

Au moment de préparer votre projet de conception de carrière équestre, vous allez constater que chaque question en soulève une autre. Quelle surface va-t-elle occuper ? Doit-on obligatoirement installer un système drainant, et sinon quel sable choisir pour la couche de surface ?

En bref, vous pouvez facilement vous éparpiller ! Aussi, pour ne pas vous perdre dans une infinité de problèmes à résoudre en même temps, faites-vous une « to-do list ». Éliminez ainsi les doutes les uns après les autres, vous verrez apparaître les réponses plus facilement.

Voici les 5 points sensibles à aborder en priorité dans votre projet de carrière équestre, et qui vont conditionner toutes les caractéristiques de votre carrière équestre.

1- Définir à l’avance et clairement l’usage de votre carrière équestre 

Toute votre installation dépend, au fond, de la discipline que vous comptez pratiquer dans votre carrière équestre. Si vous la destinez à de l’entraînement quotidien ou à une utilisation occasionnelle, de type compétition CSO, vous ne construirez pas la même carrière. Encore moins si vous partez sur un usage très spécifique comme le dressage, le western reining, trot ou piste de galop, horse ball, cross, etc.

La discipline va conditionner :

  • La couche de travail. Sa granulométrie, sa perméabilité et ses caractéristiques mécaniques (sol souple, fouillant, ferme…) dépendent du travail prévu.
  • Le système de drainage et d’arrosage.
  • Les dimensions de la carrière. Si vous n’avez aucune obligation, il vaut mieux prévoir et adapter la taille à la pratique équestre, pour des questions de confort et de sécurité. Une petite carrière (20×40 minimum et 20×20 pour un poney club) peut convenir à un entraînement quotidien et des cours d’équitation. En revanche, pour du saut d’obstacles ou de la compétition, par exemple, vous devez voir plus grand (4000m2 recommandés par les haras nationaux).

Prenez donc le temps de vous demander pour quel usage et quelle fréquence vous aurez besoin de cette carrière.

2-Bien évaluer votre terrain 

Cette étape est cruciale pour bien préparer votre projet. Étudier votre terrain, le degré de pente, la nature du sol, l’orientation ou encore l’accès va vous permettre de répondre à de nombreuses questions techniques par la suite.

La nature de votre terrain va conditionner :

  • Les travaux de terrassement, notamment en fonction du degré de pente du sol et de sa portance.
  • La question du drainage, qui dépend de la pente, et de la capacité drainante naturelle du sol.
  • Vos installations d’arrosage : selon la situation géographique (zone aride ou pluvieuse), son orientation et sa position (protégé des intempéries, totalement découvert ou ombragé…), votre terrain n’aura pas les mêmes besoins en eau. Le type de sable de la couche praticable, lui aussi, va jouer sur la quantité d’eau nécessaire
  • Vos éventuelles installations d’agréments : vous aurez peut-être besoin de créer de l’ombre, ou de planter des haies protectrices contre le vent. En effet, si les chevaux sont moyennement gênés par la pluie (mise à part la glissance du sol), un vent trop présent risque de déranger leur travail. Ils y sont extrêmement sensibles et ont facilement tendance à paniquer (il brouille les sons et dissimule les odeurs).
  • Le besoin en une installation de récupérateurs d’eau (bassin, cuve aérienne, cuve enterre, …).
  • L’accès des machines pour les travaux.

Plus précise sera votre analyse du terrain, mieux vous saurez faire votre choix pour les questions suivantes.

3- Choisir la solution de drainage pour votre carrière équestre

C’est une question centrale pour la longévité de votre carrière : comment se comportera-t-elle avec les eaux pluviales ? Sol ouvert ou sol fermé ? Vous pouvez recourir à une solution fermée avec évacuation des pluies par le dessus et par drainage en bordure de la piste, qui conviendra peut-être à un terrain de CSO, mais pas à une pratique intensive de l’équitation.

Le choix de solution drainante conditionnera :

  • Le type de fondations que vous allez poser sous votre couche de travail.
  • L’état de vos aires de travail. Une bonne gestion des eaux garantit la souplesse ou la fermeté de votre sol. Elle vous évite aussi d’avoir un terrain impraticable parce que gorgé d’eau, qui vous forcera à déplacer toutes les activités dans le manège (si vous avez un manège couvert).
  • La santé de votre centre équestre. La bonne évacuation des eaux garantira la sécurité de vos chevaux qui ne risquent pas de glisser ou de s’enfoncer. Pensez aussi à l’attraction de vos écuries pour vos cavaliers, (qui préfèrent naturellement pratiquer l’équitation en toute sécurité et confort), et pour le moniteur ou la monitrice qui doit faire cours les pieds dans l’eau.  
  • Vos dépenses futures pour reprofiler la carrière, ramener du sable, réparer les dégâts des eaux qui ont raviné)

Aussi, ne négligez pas le choix de votre structure drainante.

4 – Décider du type de fondations :

En fonction de votre étude de terrain et de votre choix de système drainant, vous allez opter pour des fondations légèrement différentes, avec des couches distinctes. Avez-vous besoin d’un géotextile imperméable, d’une couche de réglage filtrante, ou d’un réseau de drains dans la couche de la fondation ?

En général, une bonne fondation est faite d’une vingtaine de centimètres de matériau concassé. Le choix du matériau et de la structure même de la fondation va influer sur la suite.

Elle va conditionner :

  • La tenue de votre sol et sa portance : une simple couche de concassé compactée risque de bouger avec le temps. Les cailloux peuvent remonter aux passages de la herse. Vous risquez d’avoir à engager des frais régulièrement pour réhabiliter votre sol.
  • La souplesse de votre sol sous les membres des équidés. Avec un système de dalles de stabilisations, par exemple, qui garantissent entre autres la bonne tenue de la couche de travail.

5-Bien choisir la couche de surface 

C’est également un choix décisif dans la vie de votre carrière. Si vous avez bien défini tous les éléments précédents, le choix de matériau devrait vous apparaître plus facilement. Avec un matériau parfaitement adapté à votre terrain, à votre système drainant, et à votre discipline, la longévité de votre carrière est assurée.

Dans l’idéal, privilégiez un sable de silice et pensez bien la granulométrie. Évitez les sables obtenus par concassage, matière de mauvaise qualité qui peut s’avérer dangereuse pour vos chevaux.

Pour faciliter votre choix de sable, vous pouvez lire cet article sur le sol de votre carrière équestre .

Pour des conseils personnalisés sur un élément de votre liste, ou pour un devis, contactez nos experts ECOVEGETAL.