Carrière de dressage : les spécificités lors de son aménagement

Bâtir une carrière de dressage, ça se décide plus tôt qu’on ne le pense. Avant d’envisager les moyens, vous devriez commencer par évaluer précisément l’usage que vous ferez de ce terrain équestre.

Entre autres erreurs courantes à la construction d’une carrière équestre, ne faites pas l’erreur de mettre la charrue avant les bœufs ! Vous avez commencé à réfléchir au sable, à la stabilisation de votre sol, à l’arrosage de votre carrière… C’est une bonne idée mais vous risquez de devoir tout refaire si vous ne vous posez pas les bonnes questions avant. Alors faites un pas de recul et vérifiez ici que vous avez bien intégré ces spécificités pour l’aménagement de votre carrière de dressage. Concours, exercice quotidien, accueil du public : ces choix d’usage influeront sur tout le reste.

La question la plus urgente : à quoi servira votre carrière ?

Cela paraît presque bête, mais il y a du sens à se poser cette question.

Vous souhaitez monter une carrière de dressage, vous envisagez donc d’y faire… du dressage. Jusque-là, tout va bien. Vous devrez donc y installer les fameuses lettres tout autour, dans un ordre spécifique pour une reprise de dressage.

Mais avant d’aller plus loin, posez-vous aussi cette question essentielle : qui va utiliser cette carrière et à quelle fréquence ?

Vous possédez un centre équestre et vous prévoyez que vos moniteurs y dispensent des cours d’équitation à une fréquence quotidienne ou quasi ?

Sera-t-elle ouverte aux chevaux et poneys ? Débutants ou confirmés ? Son usage sera-t-il réservé à une pratique de l’équitation supérieure, par des cavaliers en stage de dressage ou en préparation de concours ?

Allez-vous aussi l’utiliser pour le débourrage de vos poulains ou avez-vous un rond de longe prévu à cet effet ?

Comptez-vous également organiser des concours de dressage ? Comptez-vous aussi pratiquer l’obstacle, voire organiser des concours de saut ?

Ces questions vont vous permettre de prendre la meilleure décision pour chacune des spécificités suivantes.

Les bonnes dimensions

Il n’y a pas d’obligation de dimensions pour votre carrière.

Néanmoins, pour une carrière de dressage où vous souhaiteriez organiser du concours, vous devez respecter une certaine taille règlementaire.

Une petite carrière classique doit mesurer au moins 20×40 mètres.

Si vous envisagez le niveau suivant, une carrière de dressage aux normes olympiques doit faire au moins 20×60.

Mais ce n’est pas tout.

Le règlement actuel des compétitions précise que « la clôture {…} doit être séparée du public d’une distance d’environ 6 mètres. ». Il indique aussi que : « la lice elle-même est une barrière basse d’environ 0,30 m. L’espacement entre d’éventuelles lattes de la barrière ne doit pas laisser passer les sabots des poneys / chevaux. »

Si vous envisagez donc d’organiser des concours et autres manifestations équestres avec un accueil du public et un jury, il faut y penser dès maintenant (et ce, même si vous envisagez ce projet à long-terme).

Cette distance de 6 mètres que vous devez intégrer pour le public exige déjà que vous réquisitionniez un espace plus large. Vérifiez donc dès à présent que vous avez la place, quitte à vous préoccuper bien plus tard de l’éventualité d’accueillir du public.

Vous devrez alors penser aussi à l’aménagement des cabines de jury, détaillé lui aussi dans la réglementation FFE.

Sans compter que, si vous visez la compétition, vous devrez idéalement prévoir au moins une seconde carrière, plus petite. Carrière de détente ou carrière pour la fin d’échauffement du couple cheval cavalier.

Avez-vous les hectares suffisants ?

Comment disposer vos lettres ?

Une fois résolue votre question de dimensions, vous aurez encore à vous préoccuper de l’emplacement des lettres grâce auxquelles le moniteur ordonnera la reprise de dressage.

Vous n’êtes pas obligé(e) d’indiquer les lettres centrales (il est même plutôt conseillé de ne pas le faire, pour des raisons évidentes de praticité.

Plan carrière de dressage Eco-écurie
Plan carrière de dressage Eco-écurie

Cette organisation des lettres devrait aussi vous amener à réfléchir aux barrières que vous emploierez et qui leur serviront de support.

 Autour de votre carrière : quelle disposition

Comme indiqué dans le règlement de la FFE, les barrières autour d’une carrière de concours de dressage doivent respecter des normes.

Elles doivent permettre une bonne visibilité pour le jury et le public, et ne pas présenter de risque pour les sabots du cheval ou poney au travail.

Les lices en bois arrondi sont les plus classiques, avec des normes spécifiques aux centres équestres et écuries ouvertes au public (pas de poteau plus haut que la dernière clôture).

Elles présentent toutefois l’inconvénient de faire souvent l’objet d’un grignotage de la part des équidés à l’arrêt dans la carrière ou à l’entrée.

Vous pouvez donc envisager, pour des questions de sécurité, de visibilité et de praticité, une solution résistante et sans bois, type HORSERAIL®. Clôture souple et ultra-résistante, elle se distingue aussi du reste du paysage visuel (un plus pour vos chevaux en saut d’obstacle).

Quel sol pour votre carrière de dressage ?

Ce n’est pas la plus mince de questions à résoudre, et la solution dépend essentiellement de ce que vous avez répondu au premier point de cet article.

Si vous savez déjà que votre carrière est du type qui accueille toute l’année différentes activités équestres, vous ne pourrez pas y répandre n’importe quel sable. Saut (voire hunter), stages de perfectionnement, cours collectifs, débutant ou amateur, horse-ball, poney-games, passage des galops, etc. s’ajoutent souvent à la seule activité de dressage dans un centre équestre.

Plus votre planning est chargé (et même si vous avez un manège ou deux pour recevoir une partie des cours et stages), plus votre sol est sollicité. Cela implique un passage (et donc un poinçonnement) régulier des sabots de vos pensionnaires… Et cela signifie que votre sable doit se comporter idéalement pour ne pas mettre en danger leurs jambes, leurs pieds et articulations.

Vous allez donc préférer un sol ni trop dur (plutôt réservé au CSO pour sa frappe), ni trop souple pour qu’il puisse tout de même servir en concours.

On dit généralement qu’à chaque discipline correspond un sable idéal, avec sa granulométrie spécifique, son imperméabilité, sa stabilisation au niveau des fondations, etc.

Écurie de propriétaire ou centre équestre poney club, prenez donc sérieusement le temps de décider dès le départ si votre carrière est prévue en priorité pour l’entraînement ou la compétition.  

Si vous avez encore un doute, lisez ici les 4 erreurs à éviter au moment de construire une carrière équestre. Après cela, vous devriez pouvoir vous lancer les yeux fermés !