Barrière chevaux : quelle barrière pour quels besoins ?

Barrière chevaux Eco-écurie

Une période d’activité un peu molle (hiver, confinement…) est l’occasion parfaite pour revoir vos systèmes de protection de vos chevaux et poneys. De quelle barrière chevaux et clôture avez-vous réellement besoin ?

Quel que soit votre type d’établissement, vous avez forcément enclos une partie de vos équidés. Il se peut que vos piquets en bois (ou poteaux en bois) aient tendance à s’enfoncer trop profond, vos chevaux se font les dents sur les rondins qui n’ont plus rien de rond, la clôture électrique et les rubans vous ont posé des problèmes ? Bref, vous avez sûrement des choses à revoir.

Vous vous posez sans doute la question évidente : quelle solution est à la fois la plus économique et adaptée à mon cheval et ses congénères ? Sauf que ce n’est pas tout-à-fait LA bonne question à vous poser.

Avant d’aborder une solution de barrières pour chevaux sous l’angle économique, abordez-la sous un angle neuf : de quoi avez-vous vraiment besoin ? Et vos chevaux ? Une barrière pour limiter un troupeau de moutons et un enclos pour chien n’ont rien à voir avec le système de clôture d’une écurie ou d’un centre équestre (on ne vous apprend rien). Mais savez-vous vraiment pourquoi ? et où se cache la différence ? Voici les critères selon lesquels vous pouvez réévaluer vos besoins.

Quels chevaux avez-vous ?

Vos besoins en barrière pour chevaux vont déjà dépendre du type de pensionnaires que vous avez. On n’emploie pas les mêmes moyens pour des jeunes poulains impétueux ou des chevaux dressés et calmes.

Pour un centre équestre classique, par exemple, qui accueille des individus plutôt stables, vous avez le choix des matériaux. Une clôture bois à la bonne hauteur est un obstacle qu’ils jugeront infranchissable et elle apporte un côté esthétique à l’ensemble.

En revanche, si vous avez des étalons, des chevaux jeunes, des éléments stressés, vous allez devoir envisager une solution plus imposante, voire contraignante.

Pour un cheval stressé, évitez la clôture bois qui peut encourager à la xylophagie (il peut lécher voire ronger un poteau en situation de stress). Les fils électriques et rubans seront perçus comme une punition, qui peut avoir un effet brutal sur les éléments les plus sensibles.

La solution la plus solide pour ces équidés, c’est celle qui vous apportera le plus de sécurité et de résistance. Une barrière type HORSERAIL® en polyéthylène armé de fils d’acier vous apporte une solidité maximale sur la durée, sans présenter un aspect agressif.

Enfin, selon que l’individu soit un cheval, poney, jument ou étalon, l’IFCE détermine les hauteurs des piquets et le nombre de lices à respecter. (Lire cet article ici sur comment bien choisir sa clôture).

HORSERAIL

Vos besoins selon votre environnement

Un centre équestre en ville ou périphérie urbaine et une écurie en milieu rural reculé n’ont pas les mêmes besoins en équipement, c’est évident.

Plus l’environnement est complexe et animé (route, milieu urbain avec du passage), plus vous devrez jouer la sécurité. C’est aussi le cas si vous avez une présence d’autres animaux à proximité (notamment des bovins). Vous allez donc plutôt viser des clôtures ultrarésistantes (type HORSERAIL®) et une ouverture (porte ou portail) du même acabit.

Toutefois, faites attention au réflexe « tout protection ». Certains clubs préfèrent masquer totalement l’environnement extérieur avec une barrière opaque ou presque. Des haies verticales, par exemple. Évitez ce genre de solutions étouffantes qui risquent de masquer l’origine de bruits extérieurs à vos chevaux et donc de les stresser voire de les faire paniquer (klaxon, claquement de porte, passage de voitures et camions, cris, bruits d’animaux, etc.).

Vos besoins selon votre gestion de l’espace

Et si vous retourniez le problème (une fois de plus) ?

Prenons les choses à l’envers un instant. Imaginons que ce n’est pas votre établissement et son standing qui définit votre matériel, mais vos clôtures qui définissent votre établissement.

Votre conception de l’espace peut en effet tout changer. Posez-vous donc cette question : une barrière (ou portail) est-elle destinée à fermer ou ouvrir un accès ?

Suivant un raisonnement un peu différent, vous pouvez envisager de revoir vos systèmes de clôtures et de barrières pour créer des zones de déambulation, des couloirs de marche et créer une sensationde liberté.


Cela passe aussi par le choix des matériaux que vous allez faire. Par exemple, une clôture en rubans électriques fins plutôt qu’une lice en bois peut se fondre dans le paysage et disparaître visuellement pour donner une impression d’immensité…

Clôturer en écurie active

Cette conception de l’espace se rapproche en réalité de celle d’une écurie active. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, une barrière chevaux peut représenter un formidable outil de libération. Pour vous comme pour vos chevaux.

Vous pouvez organiser vos tracés pour aménager des parcours naturels et intuitifs de vos chevaux vers les points essentiels : mangeoire, dortoir, pré, etc. Et pour vous faciliter encore la vie, privilégiez les portes automatiques, qui permettent à chaque individu de se déplacer selon ses besoins, en vous libérant du temps.

Vous aurez donc plutôt des chemins balisés par des lices en bois et des espaces de séparation (paddock d’intégration par exemple) en acier galvanisé.

Vos besoins esthétiques

L’aménagement extérieur peut aussi influer sur beaucoup de choses.

Une clôture d’enceinte de votre club ou écurie faite d’une haie compacte dans un but d’occultation ne produit pas le même effet qu’une simple clôture bois ou encore des portails barbelés. Mais laisser courir une haie fourragère le long d’un espace de déambulation ou d’une clôture présente, en plus de l’aspect esthétique, des avantages pratiques et nutritionnels. Laisser courir une végétation adorée de vos chevaux le long d’une barrière en métal galvanisé ou inox peut s’avérer une solution idéale.

Enfin, profitez de ce moment de questionnement pour remettre en question vos a priori sur le rendu visuel des clôtures traditionnelles. Sachez, par exemple, qu’une barrière électrique peut aujourd’hui avoir un effet boisé ou encore que les finitions de vos clôtures bois peuvent les fondre dans n’importe quel environnement sans détonner.

Quel bois choisir ?

Sapin, acacia, bambou, épicéa, mélèze, noisetier, pin, pin douglas ? Comment choisit-on le bon bois sans avoir le tournis ?  

Idéalement, il vous faut un bois résistant, qui se laisse imprégner pour que vous puissiez le traiter et l’imperméabiliser. Il faut aussi qu’il ne représente pas une gourmandise pour vos chevaux gloutons.

L’épicéa et le pin sont souvent utilisés pour ces raisons. Mais sachez que selon votre situation géographique (variations de températures), un bois sera peut-être plus adapté que l’autre. Faites-vous conseiller ici si besoin.

La barrière en elle-même : quelle porte vous faut-il ?

La clôture forme une barrière contre l’extérieur, tout autour de vos chevaux. Mais quelle ouverture est la plus adaptée à cet espace ?

Porte en bois classique, barrière extensible en métal avec verrou automatique, ce sont là des solutions classiques, qui valent notamment pour laisser entrer les cavaliers avec leurs montures.

Si vous souhaitez gagner du temps et offrir plus de liberté à vos chevaux, vous pouvez viser les portails automatiques. Ils sont particulièrement adaptés à l’entrée d’un paddock ou d’un pré. Vous entrez facilement avec le tracteur pour déposer du foin, sans perdre de temps à descendre ouvrir vous-même.

Il suffit d’un système souple (fibre de verre gainée), pour vous permettre un passage facile et empêcher à la fois celui des chevaux qui voudraient vous suivre.

Découvrez ici toutes nos solutions en barrières et clôtures pour vos écuries.