Améliorer son sol équestre : 3 erreurs à éviter

sol équestre : 3 erreurs à ne pas commettre
Photo : skeeze -pixabay.com

Ah ! votre sol équestre. Un sujet de préoccupation récurrent, n’est-ce-pas ?À l’usure, le sol de votre carrière n’est plus si compact, il se fait plus fouillant par endroits ?
Il perd en cohésion ? Le poinçonnage des sabots a creusé de profonds sillons dans votre manège ou dans le rond de longe ?
Vous allez probablement chercher à améliorer vos sols équestres, en pensant en priorité à la couche de travail.

C’est pourtant justement l’une des erreurs qui risque de vous coûter très cher
Voilà les raisonnements que vous ne devriez plus suivre si vous voulez vraiment améliorer votre sol équestre en extérieur.

1 – « Mon sable perd en cohésion, je devrais ajouter de la fibre pour améliorer sa texture »

Vous avez peut-être remarqué que votre sable se tient moins bien avec le temps.
La piste est très marquée dans les virages et le long de la carrière, même après le passage de la herse, du rouleau ou du tracteur pour le nivellement.

Il devient plus profond, voire trop fouillant, ce qui présente un risque de foulure ou de tendinite pour vos chevaux qui travaillent dessus.

Vous allez alors être tenté d’incorporer à votre sable des fibres qui amélioreront sa cohésion. Une fibre monobrin ferait l’affaire, il n’y a qu’à bien mélanger les copeaux, passer la herse et arroser un peu pour recréer un sol efficace…
En soi, cela pourrait fonctionner, si vous étiez absolument certain de la nature de votre couche de surface.

Composition de la surface de travail

Si votre surface de travail ne se tient plus, c’est peut-être lié à sa composition.

Sa granulométrie est-elle trop grosse ? Est-ce bien du sable de silice et non du micro sable obtenu par broyage ? Dans ce cas, il faudra sans doute changer ce sable et opter pour un matériau siliceux de bonne qualité (comme du sable de Fontainebleau).
Mais c’est peut-être aussi une question de perméabilité !
Si votre sable est trop imperméable, il n’offre pas un bon compactage à l’arrosage mais se ferme totalement à l’eau.
Ce phénomène peut se produire si le sable est devenu trop chargé en matières organiques (mauvais ramassage des crottins et feuilles) ou si les argiles du sous-sol sont remontés polluer le sable.
En fonction de ces caractéristiques, la fibre risque de ne rien vous apporter de plus, et la solution réside directement dans le choix initial de vos sables.

2 – « Mon sol est souvent couvert de flaques, je devrais ajouter un peu de sable bien compact » 

C’est souvent le cas avec des sables trop argileux, ils sèchent en été et se gorgent d’eau en hiver. Ce qui a tendance à former des flaques, et vos entraîneurs travaillent les pieds dans l’eau.

Vos chevaux risquent de glisser et un sol trop hétérogène les empêche de bien trouver leurs appuis en travaillant.

Si cela arrive fréquemment, vous allez penser à incorporer plus de sable pour boire l’eau et recompacter votre sol équestre.
Vous récupéreriez ainsi une bonne frappe, idéale pour le galop et le saut d’obstacle, par exemple.

Toutefois, vous risquez ainsi de perdre beaucoup d’argent et autant de temps, en arrivant à une solution qui ne sera pas pérenne.

Si votre sol équestre est trop humide, c’est sans doute qu’il est trop imperméable ou pas assez drainant.
En clair, vous pouvez ajouter des couches au-dessus, c’est le dessous qui doit être amélioré.
Il s’agit d’analyser les fondations sous la couche de travail et de comprendre comment se crée ce phénomène d’imperméabilité ? Si le système ne laisse pas filtrer l’eau dans le sol, il est normal que la pluie reste en surface et finisse par former des flaques.

3 – « Je voudrais un sol plus souple, je vais remplacer le sable par du plastique »

Selon que les carrières soient utilisées au quotidien pour des cours d’équitation, occasionnellement pour de la compétition ou pour de l’entraînement au saut d’obstacles (CSO), elles n’auront évidemment pas les mêmes sols.
Pour un usage quotidien et polyvalent, il vaut mieux privilégier les sols souples, voire assouplir un sol trop ferme à l’origine.

C’est plus confortable pour le travail musculaire des chevaux et poneys et vous préservez leurs articulations.

Vérifiez ici que votre sol équestre est bien adapté à votre activité.

Toutefois, le mauvais réflexe consisterait à choisir à l’aveugle un remplissage élastique de copeaux géotextiles ou de caoutchouc, qui apportent une certaine dose de souplesse.

Si certaines solutions de fibres géotextiles offrent en effet ce résultat, ne vous jetez pas à corps perdu dans le remplacement intégral de votre sol équestre, vous risqueriez d’y laisser des plumes.

Certes, les sols caoutchouteux ne gèlent pas en hiver et sont plus moelleux à la réception, mais ils ne remplacent pas les caractéristiques du sable, et n’ont pas sa frappe minimale. Ils se dégradent en outre rapidement dans le temps. Tout dépend de la fibre que vous choisissez.

La meilleure option, pour assouplir votre sol, est d’envisager un mélange savamment dosé par un professionnel, entre votre couche de travail actuelle (votre sable) et une fibre géotextile.

En effet, les fibres auront un effet différent selon les types de sols, c’est pourquoi elles doivent être finement sélectionnées et leur quantité bien dosée.

Pour obtenir un avis spécialisé et améliorer efficacement votre sol équestre (pas seulement en surface), contactez nos experts ECOVEGETAL.